Confessions intimes d’un Loubavitch de la Rue des Rosiers

image

Vous connaissez tous Menahem. Au moins de vue. Ou peut-être pas car Menahem, c’est celui qu’on évite de voir. C’est celui devant qui le pas s’accélère et le regard se détourne.

Menahem, c’est le Loubavitch responsable des téfilines de la Rue des Rosiers. Menahem, c’est celui qui vient vous voir lorsque vous êtes avec vos amis pour vous demander si vous avez mis vos téfilines le matin. Menahem vise toujours juste car c’est le jour où vous vous êtes réveillé à la dernière minute et que vous avez exceptionnellement (évidemment !) omis de les mettre qu’il vient vous voir. Menahem, c’est lui.

Menahem est venu se confier à nous pour nous raconter son histoire.
Celle d’un homme malheureux.

« Vous savez, ça fait tellement d’années que je fréquente la Rue des Rosiers que maintenant, je fais même parti des pierres. Tous les petits feujs qui viennent manger un fallafel, je les connais. Je les ai suivis lors de la préparation de leur Bar-mitsva quand ils ne rêvaient que d’une chose : porter des téfilines et, lorsqu’en attendant ce moment ils pliaient les téfilines de leurs copains déjà bar-mitsva, on voyait des étoiles pleins leurs yeux ».

« En grandissant, ils font semblant devant leurs parents et leurs copains de garder les Mitsvot mais lorsque nous nous approchons d’eux, nous sentons la honte les envahir : se faire poser les téfilines par des Loubavitchs devant leurs copains, c’est lakhchouma, disent-ils ! Alors ils nous snobent. D’autant qu’il y a toujours une connaissance de leurs parents qui est dans le coin. Voir leur Rav ! ».

« Si vous croyez qu’on ne voit pas la gêne qui les envahit. On les connaît leurs excuses à la noix. On n’est pas dupe. Mais que voulez-vous… On fait semblant de les croire… Moi, depuis le temps que je suis là, je crois avoir tout vu !

– Vous avez ceux qui jouent à l’innocent : « Les téfilines ? Ce matin ? Mais bien sûr ! J’étais à l’office de 6h30 à Ohalei Yaacov dans le 19ème ! ». Oui, et moi je suis le Mashiah. Euh… C’est une image, hein ? Le Mashiah, c’est… Mince, c’est qui maintenant ?

– Ceux qui nous feintent : « Attends… Tu me demandes si j’ai mis les téfilines ? Mais toi, tu les as mis ? Oui ? C’est très bien, je suis fier de toi ! Allez, Chalom Menahem et continue à les mettre tous les jours ! Avec un peu d’espoir, le Mashiah arrivera (si il ne se fait pas arrêter à la douane) ». Ha, ha. Très drôle.

Non, sérieusement, c’est vrai ? Il est revenu ? – Ceux qui tentent de nous déstabiliser : « Les téfilines ? Oui, oui… Par contre, ma femme ne les a pas mis. Chérie ? Viens mettre les téfilines, y’a Menahem qui se propose ! ».

Image

– Ceux qui balancent l’uppercut : « Tiens, vous me faites penser que non… Je n’ai pas mis les téfilines de Rabbénou Tam (lien) aujourd’hui. En auriez-vous une paire ? ».

– Ceux qui nous nous mettent KO : « Cela m’aurait fait tellement plaisir, mais malheureusement, je suis exempté… [Discrètement] En fait, j’ai des problèmes d’incontinence anale, mais gardez-le pour vous, je ne veux pas que ma copine le sache ».

Voilà, vous comprenez l’état de dépression dans lequel je vis… Les seules personnes à qui j’arrive à mettre les téfilines ce sont les touristes. Ils pensent que cela fait parti du folklore de la rue, alors ils les mettent et se font photographier avec… Mais… A propos…Vous… Avez-vous mis vos téfilines ? »

Moi ? Je suis Goy.

Oyshkenaze

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s