Une émission de Télé-Réalité pour élire le prochain Grand Rabbin de France

Un concept au cœur des attentes

Hier, le Consistoire central a annoncé le lancement d’une émission de télé-réalité visant à élire le prochain Grand Rabbin de France. On se rappelle que depuis les circonstances dramatiques qui avaient conduit à la démission de l’ancien Grand Rabbin, le Consistoire avait décidé de mener des réformes internes visant à rendre cette vieille institution plus populaire auprès des jeunes juifs de France.

Le mot d’ordre, c’est la jeunesse”, nous dit Roger H., 75 ans et figure importante du Consistoire. “Après tout, le rôle principal du Grand Rabbin n’est-il pas de représenter correctement le judaïsme français sur les plateaux télés ? Une émission de télé-réalité le rendrait populaire aux yeux du public avant même son élection !”.

Interrogé sur le profil des candidats recherchés, le Consistoire a fait savoir que puisque le public cible était la jeunesse fréquentant les synagogues consistoriales, l’idéal serait un rabbin sexagénaire. “Ceci étant dit, jusqu’à 70 ans les intéressés sont invités à déposer leur candidature”, nous dit-on.

Enfermés dans une Yeshiva et filmés 24h/24 (Chabbats et jours de fêtes exceptés), les téléspectateurs pourront juger tant l’érudition que l’apparence et la conduite des candidats. “Après tout, un rabbin français n’a pas à être tellement érudit, vu son public. L’essentiel, c’est bien évidement qu’il est l’air d’un rabbin. Imagine t-on un rabbin sans barbe ? Un Grand Rabbin de quarante ans ? Bien sûr que non. Le public veut un vrai rabbin, et il l’aura”.

L’Age d’Or de Napoléon

 Durant l’émission les candidats se confronteront à des épreuves pratiques. La principale restera celle de la langue de bois rabbinique, une tradition datant de Napoléon et que le rabbinat français se fait un devoir de perpétuer. On se rappelle qu’à l’époque Napoléonienne, le Grand Sanhédrin devait trouver un moyen de répondre “Non” à la plupart des questions posées par l’Empereur sans s’attirer ses foudres. Après leur succès indéniable, une tradition était née.

 Pour avoir assisté aux premières auditions, Actualités Feuj a déjà relevé un certain talent chez une partie des candidats.
Extraits exclusifs :

–        Question du Jury : Un grand donateur a épousé une non-juive mais souhaiterait faire circoncire son fils. Que lui répondez vous ?

–        Candidat 1 : Certes, le fils d’une non-juive et d’un juif n’est pas considéré comme juif par la tradition rabbinique, mais d’un autre coté, rien n’interdit de circoncire un non-juif sans cérémonie religieuse. De plus, il est également possible de convertir l’enfant à la naissance et de le circoncire alors comme il se doit. Mais d’un autre coté, la conversion des mineurs est déconseillé à notre époque, après tout, qui sommes nous pour choisir à la place de nos enfants leur religion ? D’ailleurs, dans une perspective égalitaire, pourquoi convertir cet enfant au judaïsme alors que sa mère n’est pas juive. N’a t-elle pas aussi le droit de convertir l’enfant à sa propre religion ? Etc…

 Notre reporter nous fait savoir que l’exposé rabbinique s’est longuement prolongé, mais qu’il est incapable de de le retranscrire correctement, pour des raisons évidentes. Quoi qu’il en soit, il est ressorti convaincu par la réponse du jeune rabbin (63 ans tout de même), sans pour autant s’en rappeler précisément.

Regagner les territoires perdus

Dernier objectif de l’émission : faire revenir le judaïsme consistorial au premier plan, suite au succès grandissant des synagogues non-consistoriales. Là encore, Robert H. fait part de son étonnement à notre reporter. “Honnêtement, que vont chercher les gens chez les orthodoxes ? Un judaïsme authentique ? Mais voilà plus de 200 ans que nos rabbins portent la soutane napoléonienne alors que le Borsalino ne date que du 20e siècle ! D’ailleurs, même le public de nos synagogues reste celui d’avant la guerre (à l’exception de quelques malheureux décès depuis) ! Alors ne me parlez pas d’authenticité !”.

Au sujet des mouvements progressistes, Robert H. reste tout aussi étonné. “Pourquoi les gens iraient chez les conservatives (appelés également massorti) ? Y a t-il plus “conservateur” que le Consistoire ? Notre liturgie n’a pas bougé d’un poil, tout comme nos rabbins”.

 Pour l’instant, l’émission n’a pas encore de nom, le public est invité à envoyer ses suggestions par lettre postale ou, pour les plus jeunes, par Minitel, au Consistoire central.

Auteur: GB

Publicités

Une réflexion sur “Une émission de Télé-Réalité pour élire le prochain Grand Rabbin de France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s