La longévité du peuple juif enfin expliquée

Une étude menée par le Professeur Finkelstein, biologiste de renom de l’Université de Columbia, est formelle : après cinq ans de recherche, l’équipe scientifique a réussi à isoler l’allèle porteur du gène juif.

Les juifs orthodoxes seront heureux d’apprendre qu’il s’agit d’un ADN mitochondrial, soit d’un gène se transmettant exclusivement par les individus de sexe féminin. Ainsi, le judaïsme se transmettrait bel et bien par la mère !

Interviewé par Actu Feuj, le rabbin R. Chaga à fait savoir qu’il n’était surpris le moins du monde : “A t-on besoin de preuves scientifiques pour appuyer notre sainte Torah ? Nos sages connaissaient bien avant la science l’existence de ce gène !”.

Autre surprise : Un second gène se transmettrait par le porteur de sexe mâle, et ce, jusqu’à la sixième génération. Gène lié, il ne s’exprimerait uniquement dans le cas où il rencontrerait le gène juif, porté par un individu de sexe féminin.

Après ces découvertes bouleversantes, l’équipe scientifique à également pu prouver qu’en plus de nombreux prix Nobel, la majorité des hommes politiques, des grands journalistes et des intellectuels seraient porteurs du gène. Favorisant les comportements dominateurs, les porteurs du gènes éprouveraient un attrait certain pour le pouvoir, sous toutes ses formes. De plus, ce gène garantirait une faculté d’adaptation inégalée à son porteur. Soumis à une pression forte ou à une menace imminente, le porteur montrerait des capacités de survie impressionnantes, immédiatement suivies d’une envie de pouvoir accrue.

Interrogé par un journaliste iranien sur les façons efficaces d’éradiquer le gène, le Professeur Finkelstein a fait savoir que pour l’instant, la totalité des essais avaient échoué. “Sa capacité d’adaption extraordinaire lui permet de survivre aux chaleurs extrêmes, à un froid sibérien, et même aux gaz les plus toxiques. D’ailleurs, le gène mute rapidement et une tentative ratée risquerait au contraire de le renforcer encore plus”. Finkelstein a tenu à rajouter qu’aucune étude ne pouvait assurer que le nucléraire viendrait à bout du gène. “En cas d’échec, le gène pourrait devenir si fort qu’il contaminerait la race humaine toute entière”.

À bon entendeur.

Auteur: GB

Publicités

4 réflexions sur “La longévité du peuple juif enfin expliquée

  1. Mais oui bien sur Avidan, les études epideRmiologiques aussi le démontrent !
    Pour preuve, cet après midi au bord de la plage, moi qui me prénomme David, et mon ami, Mohamed, nous nous sommes livrés a une simple expérience en mélangeant dans un seau, un peu de notre peau qui commençait à peler sous le soleil brulant d’Israël.
    Et là, ce que nous observâmes nous sidérât.
    Dans un premier temps, nos cellules cohabitèrent pacifiquement en proliférant sur le tout petit espace que représentait le fond du seau, délimité à l’est, par la plage sur laquelle nous étions, et a l’ouest, au nord et au sud, par d’autres seaux appartenant aux frères, cousins et amis de Mohamed.
    Puis rapidement, une agitation moléculaire gagnât l’ensemble des souches, chacune se livrant à une conquête du fond du seau.
    Et là, nous assistâmes à ce qui nous a semblé être une mutation du métabolisme cellulaire : l’une des cellules de Mohamed, qui avait autour d’elle une étrange ceinture cytoplasmique, s’introduit subrepticement au milieu des miennes puis explosa, tuant la majorité de ma colonie cellulaire.
    Pensant que l’expérience allait s’arrêter ainsi, quelle ne fut pas notre étonnement lorsque nous vîmes les quelques cellules m’appartenant qui avaient survécu et que nous pensions mortes, nous les vîmes se régénérer, se réorganiser, développer des défenses immunitaires hors du communs, revenant pour certaines à l’état de cellules souches (multipotentes uniquement, conservant ainsi le lignage) pour ensuite procéder à une différenciation cellulaire, rendant la culture extrêmement riche et composée de très nombreuses cellules spécialisées : étrangement, il semblait y avoir beaucoup de cellules spécialisées dans la communication et les réseaux ainsi que de nombreuses cellules épithéliales de dent…
    Pendant ce temps, les cellules de mon ami Mohamed avaient énormément proliféré dans un espace extrêmement réduit car ses amis, frères et cousins, ne semblaient pas vouloir partager leurs seaux, pourtant bien plus grands que le notre.
    Puis, une des cellules de mon ami Mohamed ayant réitéré l’épisode de désagrégation au milieu des miennes, celles ci s’organisèrent de telle sorte qu’elles rendirent impossible l’accès de leur colonie cellulaire aux souches de Mohamed. Incrédules, nous les observâmes avec tristesse mais néanmoins une certaine compréhension pour la survie de leur espèce, darwinisme oblige, nous observâmes donc mes cellules en train de synthétiser une sorte de membrane non poreuse entourant leur territoire et annihilant quasiment tout espoir d’échange cellulaire, sauf en certains points à la perméabilité extrêmement sélective.

    Il nous paraissait clair que les générations successives des cellules de chacune de nos souches avaient développé un terrain génétiquement allergique à l’autre.

    Nous nous apprêtâmes à partir nous baigner, quand nous aperçûmes quelques cellules de Mohamed et des miennes, se réunir dans un coin du seau et dans un apaisement inattendu, envisageant probablement une cohabitation voire même une symbiose, car il est inéluctable que ni mon père, ni celui de Mohamed ne nous achètera de seau plus grand et que nous sommes ainsi destinés à nous le partager.

  2. Cher David,
    Après concertation de l’équipe, vous venez d’obtenir le prix Nobel de médecine pour votre travail sur les cellules souche et celui de la paix pour les expériences in vitro des résolutions de conflits insolubles.
    Passez nous voir à la rédaction pour cela et pensez sérieusement à postuler à l’ONU.
    Bien cordialement,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s