Révélation chez les Netourei Karta

Depuis quelques heures, toutes les rédactions sont en ébullition.  Toutes les sources se recoupent pourtant.

Depuis l’édition du pashkevil officiel, trônant au dessus des poubelles de Mea Shearim, le doute n’est plus permis: le rabbin Moshe Hirsch à Jérusalem,  ainsi que le rabbin Yisroel Dovid Weiss et enfin le rabbin Moshe Ber Beck à New York reconnaissent après de nombreuses semaines de recherches et discussions que leur mouvement radical – connu du grand public sous le nom des Netourei Karta – avait fait fausse route depuis… 1938 !

Un anti-sionisme notoire

Ces « gardiens de la Cité » comme ils aimaient à se nommer, issus de l’ancien Yishouv de Jérusalem, s’tait fait mondialement connaître par leur anti-sionisme ahurissant: finançant l’OLP de Yasser Arafat, serrant la main du Président iranien Ahmadinejad pendant une conférence sur la Shoah à Téhéran, pactisant même pour fournir aux régimes ennemis d’Israël des informations secrètes, ce mouvement donc, était dans l’erreur.
Comment des individus se réclamant de la vraie foi, des juifs orthodoxes ont-il pu se méprendre depuis tant d’années ?

Une mauvaise blague qui tourne mal…

Tout commence au printemps 1938. A cette époque, le libraire yerosalamite Herschel Aleksandrowicz est en guerre ouverte avec son concurrent qui lui fait face, Ouaïch Amzallag, un autre libraire venu du Maroc.
Guerre des prix, on s’en doute, mais aussi conflit ouvert sur la qualité des ouvrages vendus et le choix des auteurs.

Or, au cours de cette compétition malsaine, Herschel va faire ce qu’il croit être une affaire: il achète à un bédouin un lot de 50 volumes des « Anthologies » du célèbre Gaon de Vilna, aux éditions Arlequin : le prix est incroyablement bas pour la qualité de l’édition, mais surtout c’est une exclusivité qui saignera à blanc, pense-t-il,  son adversaire Amzallag.

Profitant des ses bonnes relations avec la communauté hongroise de l’ancien Yishouv, il va inonder alors les maisons d’étude h’arédi avec cette édition tombée du ciel – en réalisant au passage un joli bénéfice.

A la lecture de l’oeuvre du Gaon, certains membres raidissent alors leurs positions vis-a-vis du sionisme naissant.  Des images illustrant l’ouvrage décrivent d’ailleurs des êtres maléfiques, mi-sorcière, mi-dragon.

Inévitablement, devant un tel péril, tout cela allait conduire donc a la création des Netourei Karta.

Or ce que viennent de reconnaître aujourd’hui les dirigeants de cette formation extrémiste, c’est que cette fameuse édition du Gaon de Vilna, déclencheur de leur ire contre le mouvement sioniste, est un …faux.
Oeuvre parodique signés des élèves ou des opposants du Maître de Vilnius, sa date d’impression ne laisse planer aucun doute: Pourim 1787.

A la réflexion, et avec le recul nécessaire, il est vrai que les nombreuses pages à colorier parsemant l’ouvrage aurait dû lever quelques soupçons quant à sa véracité…

Le député à la Knesset, Yigal Tobelem, petit-fils de Ouaïch Amzallag, contacté par nos soins, se souvient à présent que son grand-père répétait souvent:

 » Et ce h’mar de wouz-wouz qui a cru rouler un bédouin…mais c’est moi qui lui ai vendu les bouquins a ce blédard : mes enfants rentraient au h’eder, plus besoin de cahier de coloriages … »

Mais reconnait-il:

« Vu son grand-âge et sa faible mémoire, nous ne savions pas qui était ce wouz-wouz et de quoi il s’agissait vraiment »

Les pièces du puzzle se sont donc progressivement mis en place

Et maintenant…

Le Rav Moshé Hirsch l’admet amèrement:  » Toute notre base idéologique ne reposait que sur une fin de série de livres pour enfants des années 30″. Il poursuit après avoir cité des versets des Lamentations, «  Malheur à nous qui avons été dupé, nous nous repentons, nous nous repentons, nous nous repentons »

D’après le pashkévil à a la colle encore humide, le mouvement Nétourei Karta va être dissous prochainement. Ses membres, vont s’engager dans Tsahal et dans les services des renseignements, fort de leurs inespérées connaissances du monde arabe et négationniste.
Le reste, la grande majorité d’analphabètes et d’inadaptés, vont réintégrer des structures sociales pour une prise en charge d’urgence scolaire et psychiatriques.

Auteur: Mise en Trentaine

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Révélation chez les Netourei Karta

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s